Patients

La radiologie et vous:
zoom sur la thérapie

La radiologie est une branche de la médecine: elle fournit des images de l’intérieur du corps en cas de soupçon d’une maladie ou à la suite d’un accident. Sur la base des clichés réalisés, les radiologues établissent le diagnostic et assistent les médecins traitants dans le choix de la thérapie. Mais les radiologues sont aussi dans l’action: par des gestes mini-invasifs sous contrôle d’imagerie, comme le prélèvement de tissus ou le traitement de maladies vasculaires. La radiologie contribue en outre aux progrès de la science et de la recherche. Les médecins spécialistes en radiologie ont à leur disposition toute une variété de procédés d’imagerie. Lesquels utilise-t-on pour quoi? C’est précisément ce que nous allons vous dire.

Les examens radiologiques peuvent être classés en deux grands groupes: ceux qui utilisent les rayons X et ceux qui fonctionnent sans rayonnements ionisants.

La tomodensitométrie (TDM), les radiographies classiques, la mammographie, l´angiographie et la radioscopie utilisent les rayons X. Les techniques qui n’utilisent pas de rayonnements sont l’imagerie par résonance magnétique (IRM) et l’échographie. La radiologie interventionnelle se consacre aux interventions et thérapies vasculaires et organiques sous contrôle d’imagerie, qui peuvent généralement être réalisés en ambulatoire.

Quel est le procédé susceptible de fournir le meilleur résultat, autrement dit l’image la plus parlante, qui permettra d’établir un diagnostic précis et de choisir la bonne thérapie? Cette décision revient au médecin généraliste et/ou à un médecin spécialiste, par exemple un médecin spécialiste en orthopédie ou en médecine interne. La radiologie ne s’attribue elle-même aucun patient.

Les radiologues évaluent en dernier lieu, en collaboration avec le médecin traitant, quelle est la méthode la plus favorable pour le patient. La radioprotection joue un rôle central à cet égard.

Une fois que les images sont prêtes, le radiologue procède à leur analyse. Autrement dit, il formule sous forme d’un diagnostic ce que les images lui permettent de voir.

La tomodensitométrie

La tomodensitométrie (TDM), assistée par ordinateur, ou « scanner », produit à l’aide de rayons X des images en coupe transversale du corps humain. Des images à une haute résolution spatiale de diverses parties du corps comme la tête, les poumons, l’abdomen ou les bras et les jambes sont créées en quelques secondes. Etant rapide, robuste et offrant de larges possibilités d’imagerie, la tomodensitométrie est adaptée à un large éventail de situations.

Ainsi, la tomodensitométrie assistée par ordinateur peut être utilisée pour de nombreuses indications telles que l’imagerie cérébrale lors d’un accident vasculaire cérébral, en cas d’urgence lors de douleurs aiguës de la poitrine ou de l´abdomen, après un accident ou pour la représentation des poumons, du cœur et des vaisseaux sanguins ainsi que pour l’imagerie des os.

À l’instar des radiographies classiques, la tomodensitométrie assistée par ordinateur utilise des rayonnements ionisants. C’est pourquoi il est important que la modalité délivre si possible une faible dose de ces rayonnements. Le radiologue peut y parvenir à l’aide de techniques de pointe et de protocoles d’examen adaptés individuellement au patient. Le médecin spécialiste en radiologie apprend, développe et optimise de façon continue la radioprotection du patient dans le cadre de sa formation continue et postgraduée.

La radiographie

La radiographie, aussi appelée “radiologie conventionnelle”, fournit des images du corps humain à l’aide de rayons X. Ceux-ci traversent la région du corps examinée et, en fonction de l’épaisseur et de la densité de la structure, différents tons de gris, voire du noir, apparaissent sur les clichés radiographiques. Les os apparaissent généralement dans les tons clairs (blanc) et l’air dans les tons foncés (noir).

L’information diagnostique en radiographie est généralement moins importante que celle de la tomodensitométrie mais la radiographie permet en revanche d’utiliser une dose de rayonnement plus faible qui est inoffensive pour le patient. Les examens radiographiques s’appliquent typiquement aux poumons et aux extrémités du corps comme par exemple la main ou la partie osseuse de la colonne vertébrale.

La mammographie

La mammographie désigne l’examen radiographique de la poitrine effectué à l’aide d’appareils radiographiques spéciaux. Les rayons X utilisés sont des rayons à faible intensité énergétique, permettant d’obtenir des clichés plus contrastés que ceux obtenus habituellement.

La mammographie est l’une des principales méthodes d’examen utilisées pour les maladies du sein. Elle est utilisée lorsque les patients présentent des symptômes tels que des douleurs thoraciques ou un nodule palpé et peut également servir comme méthode de dépistage précoce du cancer du sein.

Pour l’examen, chaque sein est comprimé entre deux plaques et radiographié dans deux positions différentes. Plus les seins sont compressés, moins la dose de rayonnement sera importante et plus le cliché radiographique sera précis. La compression des seins ne dure que quelques secondes et grâce aux appareils digitaux de pointe, la dose de rayonnement est très faible.

L’imagerie par résonance magnétique

L’imagerie par résonance magnétique (“MRI” ou “IRM”) fournit des images en coupe transversale du corps humain à l’aide d’ondes électromagnétiques. La répartition et l’orientation des atomes d’hydrogène du corps peuvent être mesurées à l’aide d’un champs magnétique statique et variable et calculées par ordinateur. Les informations récoltées fournissent des images de l’intérieur du corps que les autres méthodes ne parviennent pas à obtenir. Cela permet aux radiologues de déceler les changements du corps à un stade encore précoce, d’adapter et d’optimiser la thérapie de manière appropriée ainsi que d’augmenter les chances de guérison du patient et d’améliorer sa qualité de vie.

L’imagerie par résonance magnétique sert pour de nombreuses indications tels que l’imagerie du cerveau, de la moelle épinière, du myocarde et des vaisseaux, pour la représentation des organes de la cavité abdominale et l’imagerie des articulations.

Contrairement à la tomodensitométrie, l’imagerie par résonance magnétique, n’utilisant pas de rayonnements ionisants, est inoffensive pour la santé du patient. Étant donné qu’un champ magnétique est nécessaire pour fournir des images, certains patients ayant des implants spécifiques comme des neurostimulateurs, des pompes à médicaments ou des pacemakers ne peuvent pas subir un examen par imagerie par résonance magnétique. Ces restrictions sont attentivement examinées par votre radiologue spécialisé en matière de sécurité en collaboration avec votre médecin référent afin de pouvoir prendre les mesures nécessaires.

L’échographie

L’échographie désigne l’utilisation d’ondes ultrasonores (comparables aux ondes sonores musicales) dans le corps humain. En règle générale, les organes riches en eau et en sang sont faciles à examiner. Le plus grand avantage de l’échographie vient du fait qu’il n’y a pas d’utilisation de rayons X et que cette méthode est donc inoffensive pour la santé du patient. De plus, celle-ci est très répandue, rapide et peu onéreuse.

L’échographie ne joue pas seulement un rôle important dans l’analyse des organes mais aussi dans la visualisation des vaisseaux sanguins. En plus de pouvoir déterminer la taille des vaisseaux et la structure de la paroi, l’échographie permet également d’analyser le flux sanguin. Cela est rendu possible grâce à l’échographie Doppler qui permet d’examiner la direction et la vitesse du flux sanguin sur base de l’effet Doppler décrit au 19ème siècle.

La radiologie interventionnelle

La radiologie interventionnelle désigne l’ensemble des actes médicaux ou interventions réalisés sous contrôle d’imagerie. À l’aide d’appareils radiographiques et ultrasons, la radiologie interventionnelle contrôle de petits instruments tels que le cathéter, le ballonnet ou le stent placés sur la zone malade via les vaisseaux sanguins ou d’autres organes. Ces instruments sont généralement si petits qu’ils peuvent être introduits dans le corps après une simple ponction comparable à celle effectuée lors de la prise de sang. C’est pourquoi les interventions de la radiologie interventionnelle sont, contrairement aux opérations, moins lourdes pour le patient et peuvent souvent être effectuées grâce à une anesthésie locale en ambulatoire.

La radiologie interventionnelle moderne est en mesure de traiter de nombreux troubles et maladies comme par exemple le rétrécissement ou l’occlusion des vaisseaux sanguins, la dilatation des artères, le myome de l’utérus, l’hypertrophie de la prostate ou encore d’autres tumeurs touchants à divers organes.