MyUserArea

Qualität

Comment appliquer la smarter medicine en radiologie?

En 2011, une initiative intitulée «Choosing Wisely» a été lancée par des médecins aux États-Unis. Le but était d’encourager un dialogue ouvert entre le corps médical, les patients et le grand public sur le thème de la surmédicalisation. Depuis quelques années, cette campagne a également gagné la Suisse. Elle vise à définir un diagnostic et un traitement optimum en fonction de chaque patient.

Au cœur de la campagne: des listes de recommandations dites «Top 5», établies par diverses sociétés de discipline médicale. Elles énumèrent différentes mesures médicales dont on constate qu’elles relèvent parfois d’un excès de soins. Ces listes sont diffusées auprès d’un large public, afin de susciter un débat sur l’excès/le déficit de soins, la qualité des traitements, l’intérêt des patients, et sur les éventuelles mauvaises incitations du système.

Comme d’autres sociétés de discipline médicale, dont la liste figure sur le site web, la Société suisse de radiologie (SGR-SSR) soutient elle aussi l’initiative «Choosing Wisely» – plus connue en Suisse sous le nom de «smarter medicine».

La liste «Top 5» ci-après est fondée sur des évidences scientifiques et repose sur un large consensus. Lors de son élaboration, la SGR-SSR s’est appuyée sur les recommandations publiées par l’American College of Radiology (ACR) et a actualisé la littérature sous-jacente.

Nous considérons que la publication de cette liste est utile non seulement parce qu’elle protège contre une éventuelle surutilisation de l’imagerie médicale, mais aussi parce c’est la profession médicale qui est a l’initiative et qui s’engage de manière proactive à améliorer la qualité des traitements, envoyant ainsi un signal clair au public, aux régulateurs et aux payeurs.

Chaque patiente et chaque patient étant unique, du point de vue de sa situation personnelle comme de sa maladie, précisons toutefois qu’il s’agit d’appliquer la meilleure stratégie diagnostique en fonction des circonstances individuelles. De telles listes ont tout au plus valeur de recommandation: elles ne doivent jamais empêcher nos patientes et nos patients de bénéficier d’un diagnostic efficace et approprié.

Nous invitons nos collègues, ainsi que nos patients, à examiner nos propositions et à en tenir compte dans leur activité clinique au quotidien.

X